mTcheu

Ma Tchik Labdreun

Documents associés

Démons et Roudra

Souhaits du Tcheupa

"Tcheu en l'activité des cinq Dakinis"

Tcheu veut dire "trancher". Ce terme résume "Le suprême Dharma qui tranche les démons" (mara).

Le terme "démon" ne désigne pas une entité ou un être en tant que tel. Sous l'emprise de la confusion mentale qui nous fait croire en une entité aussi bien objective que subjective, les démons désignent toutes les perceptions distordues que nous avons des situations, de nos expériences, des autres et finalement de nous-même.

Il ne s'agit pas d'exorciser ou de chasser ces démons. Ces démons procédent de notre confusion. Par la pratique de Tcheu, il s'agit de les inviter et de se jouer de leur propre jeux pour les reconnaître comme étant le reflet de nos illusions et finalement de nature vide et claire.

L’enseignement de Tcheu s'appuie conjointement sur les enseignements des soutras et des tantras. Il permet de "trancher" dans le vif la confusion de l'esprit en s’appuyant :

    1) sur la perfection de la connaissance (Prajnaparamita) et dépassant les concepts d’agrément et désagrément, de pur et impur, pour s'établir en une conscience contemplative libre des trois enfermements.

    2) sur le yoga de Poa en se "délocalisant" des imputations identificatrices et par le Phet s'établir en le Dharmadatou.

"Rassembler le flot mental dispersé est le Phet extérieur

Revivifiez l'engourdissement de l'Intellect est le Phet intérieur

S'installer dans la sphère naturelle de toutes choses est le Phet véritable"  (chant de Milarépa)

    3) sur l'expérience du kapala et de son contenu en transposant l'imaginaire discriminatoire en l'intégration des deux aspects de la Bodhcitta et de la félicité.

Finalement l'enseignement de Tcheu représente l'essence du Sahaja-Mahamoudra.

Une fois la compréhension de la Vue et l'application de la Méditation, le yogacharya s'adonne à la Conduite qui dompte la conscience en s'adonnant à l'indésirable, en se confrontant aux circonstantces contrariantes et en déjouant toutes complaisances.

L'enseignement comporte également l'apprentissage de la liturgie et des instruments rituels *.

Deux sadhanas courtes sont proposées au choix de l'élève : "Lu Djin" et "Tcheu en l'activité des cinq Dakinis"

 

 

* Cette pratique nécessite de posséder cloche, dorjé, damarou et kangling. Si vous le désirez, Yogi Ling peut commander ce qui vous manque.